04 avril 2009

Derrière les murs de vos cités.

Le carnaval est permanent ;
Il termine demain ;
J'ai ressorti le manteau blanc du vide de l'oubli.

Cette nuit, j'ai rêvé du temps qui passe et m'échappe ;
De poissons rouges nageant au-dessus de la moquette ;
Dévorant ses cheveux, son visage ; d'ange.

J'ai le souvenir vague d'un autre carnaval ;
Lointain, un visage, des mains,
Aucun véritable souvenir ;
Que celui de l'existence même.

Apparu à 03:33 - Commentaires [9]

Vos mots à vous.