07 mars 2009

Lundi, Lundi, Lundi, Lundi, Lundi, Lundi.

Je me reprends les mots dans la gueule ;
Allongé dans l'obscurité d'une nuit,
Où les ondes se glissent étrangement.

Je me reprends mes mots, dans la gueule ;
Le début ; et la fin. Tout est vrai.
Et ça devrait même être la morale de l'histoire.

Je t'aime ; et je t'aimais déjà avant ;
Et même, entre les deux. Pour dire.

Sauf que ; si je te dis tout ça ; si je te le dis encore ;
N'y crois jamais.
Pour de vrai. Jamais !

C'est même pas faux, tu vois ; enfin tu lis pas,
Mais il faut pas ; il faut plus ; comme tu veux,
Abîmer, c'est fini ; d'main j'deviens grand ;
Et j'm'en prends plus qu'à moi.
Ça doit bien finir un jour, de toutes façons.
Ça peut pas toujours être le bordel ;
De ma tête, à mon ventre.

La bonne nouvelle ; finalement, qui restera ;
C'est que les champ', en fait, c'est pas fini.
Alors, Inch'Allah.

[Il y a deux nuits, j'ai rêvé de C., on était en Italie, dans un genre de futur. Flippant, mécanique. Et j'les niquais bien avec mes vieux tickets de bus, les machines du futur. C'était marrant, même qu'elle était amoureuse d'un autre ; et moi je m'en foutais. J'avais ces lèvres, le temps d'un rêve. Avec le même goût, la même douceur, étrange et folle, d'en vrai.]

Apparu à 13:39 - Commentaires [3]

Vos mots à vous.